Cinema Planet

Discussions sur le cinéma, critiques, débats, news, interviews, ...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 The Company of Wolves [La Compagnie des Loups]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pedro Kantor

avatar

Messages : 584
Date d'inscription : 17/07/2010
Age : 26

MessageSujet: The Company of Wolves [La Compagnie des Loups]   Ven 21 Jan - 14:57



Réalisation : Neil Jordan
Scénario : Neil Jordan, d'après le roman d'Angela Carter
Musique : George Fenton
Photographie : Bryan Loftus
Durée : 95 minutes
Date de sortie : 23 janvier 1985 en France

Distribution :

Sarah Patterson
Angela Lansbury
David Warner

...

Bande Annonce :





Neil Jordan (Entretien avec un Vampire), propose ici une version réarrangée et réinterprétée de différents contes classiques, avec en point d'orgue, le fameux Petit Chaperon Rouge.

Autant le dire tout de suite, ce n'est pas pour nous en donner un énième version niaise et sans saveur. Oui, il y a une jolie jeune fille innocente (mais pas tant que ça ...), et des loups-garous, mais toute ressemblance avec un roman à succès récent s'arrête là. L'oeuvre présente est bien plus noire, gothique, et subversive.

The Company of Wolves débute par la course d'un chien-loup dans le bois d'une propriété champêtre. La scène est manifestement contemporaine, les châtelains arrivent dans une automobile neuve, mais l'état de délabrement de leur demeure, et la robe un peu surannée de leur fille crée déjà un décalage temporel. Progéniture qu'ils envoient quérir leur autre rejeton(e). Celle-ci dort profondément. Bientôt, nous plongerons avec dans ses rêves, peuplés de loups, de grand-mères (trop) prévoyantes et de villageois arriérés.

L'onirisme est le deus ex machina parfait pour procéder à une démolition en règle des contes revisités par la morale chrétienne, et à une pensée faîte de dictons dépassés. On admirera ici le personnage de la "granny" campé par l'inénarrable Angela Lansbury. Si l'on doutait de l'absurdité, on trouve la clé de son rôle lors de sa dernière scène : décapitée par le loup (bon, on s'éloigne fortement du conte tel qu'on l'inflige aux enfants, mais il y a des restes tout de même !), elle vole en éclats, telle une poupée de porcelaine creuse.

Chargé d'érotisme, érotisme féminin en particulier, le film est, si j'ose dire, le théâtre d'un jeu sensuel dont les caractères du sexe dit faible sortent bien souvent vainqueurs. Neil Jordan et Angela Carter donnent toute sa vigueur à une sexualité féminine aussi conquérante que celle des hommes. Témoin cette scène entre Roseleen et le loup, où la jolie jeune fille séduit sûrement plus le loup qu'elle n'est séduite elle même. Car elle ne demande pas mieux que de sortir du chemin qu'on a tracé pour elle, sans lui demander son avis, de s'affranchir d'un carcan oppressant de morales désuètes.

Mais mieux vaut le voir qu'en parler. Ou au moins le voir avant d'en parler. Car c'est un vrai moment de réjouissance. Filmé avec style (Neil Jordan a un vrai talent pour les décapitations : celle du premier loup, celle de la grand mère ... cet homme à loupé sa vocation sous la Révolution), monté avec du rythme, sans nervosité excessive, la forme enthousiasmante (on retrouve au passage David Warner, qui fit quelques apparitions chez Peckinpah) sert un fond rafraîchissant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.senscritique.com/pedro_kantor/
Merricat Blackwood

avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 15/01/2011
Age : 40

MessageSujet: Re: The Company of Wolves [La Compagnie des Loups]   Ven 28 Jan - 13:21

Ahlala ! I love you I love you I love you
Un de mes fllms-fétiches-de-tous-les-temps.
Une des plus belles évocations de l'enfance et du passage à l'âge adulte, avec son lot de larmes et de sang. Je suis également une énorme fan d'Angela Carter, qui a scénarisé le film à partir de deux nouvelles (La Compagnie des Loups et Louve Alice). J'aime la façon dont ressortent tous les aspects les plus sombres et les plus érotiques des contes (et contrairement à ce que la plupart des gens pensent, les contes ne sont pas Disney), la jeune fille finissant par préférer le Grand Méchant Loup au Prince Charmant - et je sais que la plupart des petites filles préfèrent effectivement le Loup.
Tu parles du meurtre de la Grand-Mère (qui mérite sa majuscule) et c'est l'un des aspects les plus passionnants : il faut la mise à mort de la raison (qui entre nous, est un peu castratrice). Pour grandir finalement, le meurtre symbolique est de mise.
Et il y a des tonnes de symboles, le film est immensément riche. Aucun Chaperon Rouge ne sort indemne du passage à l'âge adulte, c'est un véritable chaos. J'aime aussi la dualité du loup : prédateur sexuel mais aussi créature en quête d'amour (le passage avec la jeune fille blessée soignée par le prêtre - autre dualité que j'aime, le prêtre n'est pas forcément l'image de la sévérité).
Et pour en revenir au concept du chaos, la fin est absolument tétanisante.

Je parle et je parle, désolée. Laughing
J'ai beaucoup de choses à dire sur cette merveille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
The Company of Wolves [La Compagnie des Loups]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Company of Wolves (1984, Neil Jordan)
» La compagnie des loups
» Liste space wolves 13ème compagnie
» [Débat] Space Wolves VS Tyranides : un versus impossible ?
» IDEAL SODA WATER COMPANY LIMITED / Montréal, Québec ABM

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cinema Planet :: Films :: Fantastique / Science-fiction / Horreur-
Sauter vers: